“Pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?”

J’ai appris le reconfinement de novembre dernier alors que j’étais en voyage de recherche à Turin. Entre deux archives, il a donc fallu adapter les cours et activer le mode distanciel, qui, bien que déjà un peu réfléchi en amont, nécessitait pas mal de travail. Et puis, il y a eu une question : à quoi cela sert-il ? Faire de la méthodologie, parce que c’est autour de cela qu’est construit mon TD à destination des L1, sans voir les étudiant.e.s, sans pouvoir passer dans les rangs, sans les temps de discussions informelles, là où beaucoup se joue. Cette réflexion est venue rapidement rejoindre une autre, plus latente, autour de l’utilité de l’histoire. Rien de nouveau épistémologiquement mais une actualité qui rend la question brûlante, de l’assassinat de Samuel Paty à la multiplication des attaques politiciennes contre les sciences humaines.

L’idée du projet “pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?” est venue en réponse à ces questionnements. J’ai proposé à mes étudiant.e.s de prendre à chaque début de cours un temps de réflexion d’une demi-heure sur l’importance – ou pas – de ce que l’on fait en fac d’histoire. En plus de constituer une première approche de la réflexion épistémologique, ce moment était l’occasion de rompre la monotonie d’un cours uniquement centré sur la méthodologie et de donner du sens aux enseignements.

Continuer la lecture de « “Pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?” »