Privé d’archives : faire une thèse d’histoire au temps du Covid-19

Parmi les lieux communs ayant émergé dans les deux derniers mois, le constat d’une transformation profonde des manières de travailler est peut-être l’un des plus partagés. On ne compte plus les articles sur le télétravail, la fin de l’openspace ou les usages plus ou moins professionnels de Zoom, sans parler de celles et ceux qui ont arrêté tout simplement leur activité pour s’occuper d’enfants ou de proches ou pour lutter contre le virus. Les chercheur.e.s qui ont pu poursuivre leur travail n’échappent pas à ce constat : leur activité d’enseignement est bouleversée, les occasions d’échanges traditionnelles (colloques, entretiens, rencontres à la machine à café) disparaissent, l’accès à la documentation est remis en question… Ce dernier point est particulièrement problématique pour les historien.ne.s avec les limitations d’accès à l’un des lieux principaux de construction du savoir historique : les Archives.

Continuer la lecture de « Privé d’archives : faire une thèse d’histoire au temps du Covid-19 »

“Mais au fait sur quoi tu travailles exactement ?”

Cette question revient régulièrement dans les conversations avec des proches, des ami.e.s ou des nouvelles rencontres. Souvent, je bafouille puis on me demande de donner l’intitulé de mon sujet. “L’éclipse d’un État. Territorialités effacées, recomposées et concurrentes dans la Savoie occupée (vers 1536- vers 1559)”. Ah. À partir de là, je reprends mes esprits et rassemble mes pensées. Voici en résumé ce que je leur dis. L’occasion, aussi, de faire plus ample connaissance ici…

Continuer la lecture de « “Mais au fait sur quoi tu travailles exactement ?” »