Les lettres chiffrées de Charles III de Savoie

Petite curiosité du jour, nichée au cœur de la correspondance active de Charles III de Savoie. Parmi les lettres envoyées par le duc de Savoie et conservées à l’Archivio di Stato de Turin (ASTo), quatorze contiennent, à des niveaux différents, des passages chiffrés. Je remercie au passage cette institution pour m’avoir autorisé à illustrer le billet avec des photographies des lettres.

ASTo, Sezione Corte, Lettere diverse Real Casa in Materie politiche per rapporto all’interno, mazzo 5, fascicolo 4g

Il s’agit pour tout l’ensemble de lettres destinées aux proches conseillers d’Emmanuel-Philibert, le fils de Charles III, qui suit alors la cour impériale. Elles couvrent une période allant d’avril 1547 à mai 1553. Trois types de chiffrages se distinguent :

Chiffre de type 1 (ASTo, Sezione Corte, Lettere diverse Real Casa in Materie politiche per rapporto all’interno, mazzo 4, fascicolo 3a)
Chiffre de type 2 (ASTo, Sezione Corte, Lettere diverse Real Casa in Materie politiche per rapporto all’interno, mazzo 5, fascicolo 2d)
Chiffre de type 3 (ASTo, Sezione Corte, Lettere diverse Real Casa in Materie politiche per rapporto all’interno, mazzo 5, fascicolo 3b)

Les types 1 et 3 sont présents dans une seule lettre chacun. Aucune trace ne me permet de déchiffrer ces deux codes, du moins pour l’instant. En revanche, le type 2, est grossièrement déchiffré dans l’une des lettres du fonds, probablement par le destinataire : c’est ma pierre de Rosette. Et coup de chance, c’est le type le plus utilisé dans la correspondance.

Ma pierre de Rosette à moi (ASTo, Sezione Corte, Lettere diverse Real Casa in Materie politiche per rapporto all’interno, mazzo 4, fascicolo 4a)

C’est alors que ça devient rigolo : je commence par déplier le texte du dessus, à le transcrire en essayant d’être le plus précis sur les lettres utilisées pour pouvoir ensuite les faire correspondre.

Michaud, en ceste venue de la reyne, si quelcun vouloit tenir propos à M. le C. de la seur du roy, il respondra que sa voulunté est d’accomplir ce que j’ai ay fait et d’obeir à ce que plaira à sa majesté luy commander, ce que vous ferés entendre à mon filz affin qu’il l’ensuyve.

À partir de cela, j’établis des liens entre lettres et signes, avec l’aide de ma compagne Albane (il faut bien occuper les loooongues soirées sous couvre-feu). La principale difficulté est que, contrairement à ce que j’imaginais au départ, il peut exister plusieurs signes pour une même lettre. Néanmoins, on parvient à établir l’essentiel de l’alphabet qui suit :

Alphabet déchiffré dans la lettre du 30 novembre 1548 et complété au fur et à mesure avec les autres lettres

Tous les signes correspondent à des lettres, sauf un curieux “P” qui vient prendre la place du mot “roi”. Le tour est joué, il faut maintenant l’appliquer. J’ai l’étrange sensation d’apprendre une nouvelle langue. Au fur et à mesure des lettres l’identification devient de plus en plus facile. Quelques signes encore inconnus sont associés à leur lettre. Isolés, ils sont moins effrayants…

Se déploie alors ce que le duc de Savoie a voulu cacher aux yeux profanes et a souhaité réserver aux plus proches conseiller de son fils. Plusieurs affaires font l’objet de ce chiffrage :

  • Le projet de mariage de son fils avec Marguerite de France (qui se fera finalement bien à la faveur du traité du Cateau-Cambrésis en 1559).
  • Une potentielle alliance entre le roi de France et celui d’Angleterre qui effraye visiblement le duc.
  • Une sombre affaire de complot avec un traître dans l’entourage d’Emmanuel-Philibert qui souhaiterait l’éliminer.
  • La récurrente question du versement d’une pension à Charles III par l’empereur et que je retrouve dans plusieurs autres lettres non chiffrées.
  • Les affaires du marquisat de Saluces, occupé par la France, mais qui fait l’objet d’opérations militaires des Impériaux et que le duc de Savoie aimerait récupérer.
  • Un projet de voyage de Charles III à Nice.
  • L’imminence d’une attaque française sur Vercelli où le duc est retranché.

Ce qui m’intéresse particulièrement dans ces lettres, c’est la question du mobile du chiffrement. Pourquoi chiffrer ces lettres en particulier ? D’autres lettres non chiffrées ont un contenu tout aussi sensible qui pourrait être dommageable aux affaires du duc et de l’empereur si elles tombaient entre les mains des Français. Si l’on met à part la lettre concernant le complot, dont le recours à un code est assez évident — la menace vient de la maison même d’Emmanuel-Philibert, il faut donc éviter que le suspect tombe sur celle-ci — mon hypothèse est que ce chiffrement est un outil de la maison de Savoie pour organiser la défense de ses intérêts sans que le pouvoir impérial, auprès duquel Emmanuel-Philibert évolue, puisse en connaître tous les détails et participe donc d’une forme d’indépendance et de souveraineté maintenue par rapport à l’empereur. La discrétion comme pouvoir, le chiffre comme trace.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.