“Pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?”

J’ai appris le reconfinement de novembre dernier alors que j’étais en voyage de recherche à Turin. Entre deux archives, il a donc fallu adapter les cours et activer le mode distanciel, qui, bien que déjà un peu réfléchi en amont, nécessitait pas mal de travail. Et puis, il y a eu une question : à quoi cela sert-il ? Faire de la méthodologie, parce que c’est autour de cela qu’est construit mon TD à destination des L1, sans voir les étudiant.e.s, sans pouvoir passer dans les rangs, sans les temps de discussions informelles, là où beaucoup se joue. Cette réflexion est venue rapidement rejoindre une autre, plus latente, autour de l’utilité de l’histoire. Rien de nouveau épistémologiquement mais une actualité qui rend la question brûlante, de l’assassinat de Samuel Paty à la multiplication des attaques politiciennes contre les sciences humaines.

L’idée du projet “pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?” est venue en réponse à ces questionnements. J’ai proposé à mes étudiant.e.s de prendre à chaque début de cours un temps de réflexion d’une demi-heure sur l’importance – ou pas – de ce que l’on fait en fac d’histoire. En plus de constituer une première approche de la réflexion épistémologique, ce moment était l’occasion de rompre la monotonie d’un cours uniquement centré sur la méthodologie et de donner du sens aux enseignements.

Le projet en soi

Concrètement, le projet avait pour objectif la rédaction individuelle d’un court texte proposant une réponse personnelle à la question : “pourquoi faire de l’histoire aujourd’hui ?”. L’énoncé de la question était intentionnellement large pour faciliter son appropriation, même s’il a fait l’objet de discussions plus pointues. Afin de nourrir leurs réponses, quatre séances de préparation ont permis d’interroger différents regards.

D’abord les étudiant.e.s ont eu pour consigne de s’approprier cette question afin de pouvoir la poser à leurs proches : famille, ami.e.s, colocataires… L’idée était d’appréhender la manière dont des personnes qui ne sont pas forcément engagées dans un cursus en histoire et/ou convaincues de son importance conçoivent l’utilité de l’histoire. Puis, les étudiant.e.s ont eu un temps de réflexion personnelle pour mettre en évidence leurs propres éléments de réponse. Enfin, cet inventaire a été complété par la lecture de trois textes d’historien.ne.s écrits au moment du confinement : l’article de Patrick Boucheron sur Mediapart (“En quoi aujourd’hui diffère d’hier ?”) et les participations d’Arlette Farge et de Christophe Charle au projet de Michel Porret sur l’écriture du confinement. Dans ce bouillonnement de raisons et de justifications, les étudiant.e.s ont pu faire leur choix et rédiger un court texte centré sur une raison qui les touchait particulièrement.

Le résultat

Sur mes 60 étudiant.e.s (deux groupes de TD), j’ai reçu 38 textes que j’ai mis en ligne sur un padlet que je vous invite à parcourir en cliquant ici. Je vous invite à les découvrir et à vous y perdre.

J’ai fait le choix de ne pas proposer d’analyse de ces réflexions. Pour moi, elles se suffisent en tant que témoignages de représentations, d’attentes et d’engagement de ces jeunes qui débutent leur cursus d’histoire. En revanche, je tiens à remercier mes étudiant.e.s de leur confiance dans ce projet. Je suis fier du résultat, des questionnements que nous avons soulevés ensemble et de leur engagement tout au long de ce semestre !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.