Privé d’archives : faire une thèse d’histoire au temps du Covid-19

Parmi les lieux communs ayant émergé dans les deux derniers mois, le constat d’une transformation profonde des manières de travailler est peut-être l’un des plus partagés. On ne compte plus les articles sur le télétravail, la fin de l’openspace ou les usages plus ou moins professionnels de Zoom, sans parler de celles et ceux qui ont arrêté tout simplement leur activité pour s’occuper d’enfants ou de proches ou pour lutter contre le virus. Les chercheur.e.s qui ont pu poursuivre leur travail n’échappent pas à ce constat : leur activité d’enseignement est bouleversée, les occasions d’échanges traditionnelles (colloques, entretiens, rencontres à la machine à café) disparaissent, l’accès à la documentation est remis en question… Ce dernier point est particulièrement problématique pour les historien.ne.s avec les limitations d’accès à l’un des lieux principaux de construction du savoir historique : les Archives.

Des historien.ne.s sans laboratoire

Comme le rappelle malicieusement l’historien et didacticien Henri Moniot, « L’histoire se fait avec des restes – on préfère dire, de façon plus distinguée avec des documents, ou avec des sources ». Ces « restes » peuvent être d’une grande diversité — écrits, vestiges archéologiques, témoignages oraux, objets divers, etc. — mais les plus couramment utilisés restent les archives, traces écrites rassemblées dans des collections et des lieux. L’historienne Arlette Farge a très bien décrit son « goût de l’archive » que beaucoup d’entre nous partagent : les documents et les lieux qui les contiennent sont au cœur de nos pratiques. En tant qu’espace, les Archives peuvent se concevoir comme un laboratoire, un endroit où la science se fait. Dans ce lieu, ou plus précisément avec les ressources présentes dans ce lieu, les historien.ne.s travaillent leurs problématiques, testent leurs hypothèses et nourrissent leurs discours. L’annonce du confinement, venue avec son lot de mesures sectorielles parmi lesquelles la fermeture des lieux culturels, a suspendu cette activité essentielle dans la construction du savoir historique. À cette première difficulté s’ajoutent les nombreuses entraves à la circulation qui éloignent les chercheur.se.s de leur terrain. Dans mon cas, habitant aux Pays-Bas et travaillant sur l’histoire politique des Alpes, la totalité des Archives me concernant ont été fermées (Bibliothèque nationale de France, Archives nationales, Archivio di Stato de Turin, Archives départementales de l’Ain, de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie) et je ne peux pas passer les frontières. Trois projets de voyages de recherches — deux à Turin et un à La Haye — sont pour l’instant suspendus.

Faire de l’histoire sans Archives

Malgré ces fermetures, une certaine « continuité scientifique » a pu voir le jour. L’importante masse documentaire disponible via des portails en ligne — comme Gallica ou ceux des différents services des Archives départementales — m’a permis de poursuivre le travail même si ce n’était pas forcément ce que j’avais planifié. L’habitude de prendre automatiquement des photographies des documents lors de mes visites a été aussi un moyen de maintenir une activité de recherche. Plus collectives, de nombreuses initiatives ont émergé pour faciliter le travail des chercheur.se.s par des formes de mises en commun des ressources scientifiques et intellectuelles, comme le décrit Antoine Savornin dans son billet sur le carnet Confinements. Au milieu du mois de mars, alors que les premières mesures étaient tout juste prises, j’ai reçu, avec d’autres chercheur.se.s de l’UGA, un courriel d’un journaliste d’un magazine d’informations grenobloises nous proposant d’écrire sur la manière dont les épidémies ont pu, par le passé, toucher les espaces environnant l’agglomération. Cette demande m’a beaucoup questionné : comment proposer une réflexion un tant soit peu originale sans pouvoir aller vérifier quelques informations dans les Archives ? À moins d’avoir déjà amassé des informations au préalable, ce travail m’a semblé impossible. Face à une demande précise, l’historien.ne confiné.e est un peu désarmé.e.

Déconfinement et retour à la normale ?

Alors que j’écris ce billet, les Archives rouvrent progressivement. Un travail conséquent est fait par les équipes de ces institutions pour permettre un accès qui respecte les nouvelles normes sanitaires. Dans mon cas, quelques institutions ont annoncé une réouverture prochaine : le 2 juin pour les Archives départementales de la Haute-Savoie, le courant de l’été pour la BnF, le 19 mai pour l’Archivio di Stato de Turin… Il s’agit là d’un signe encourageant pour le redémarrage de l’activité historienne mais qui ne doit pas occulter l’autre difficulté : celle de la mobilité vers les terrains. Comment rejoindre ces fonds lorsqu’il est impossible de se déplacer à plus de 100 km ou de traverser des frontières nationales ? Dans mon cas et dans celui de plusieurs de mes collègues, la réouverture des Archives ne change absolument rien à l’accès aux sources. Celui-ci dépend d’un ensemble beaucoup plus large de contraintes qui tiennent aux dynamiques frontalières, aux possibilités techniques de circuler et aux conditions internes d’accueil.

La crise du Covid-19 bouleverse fortement de nombreuses activités dont celle des jeunes chercheur.se.s. Beaucoup d’entre nous ont vu leurs recherches ralenties ou arrêtées et les quelques réouvertures ne signifient pas retour à la normale. Pour l’instant, j’ai réussi à bricoler avec ce que j’avais et grâce à des formes de partage. Mais demain ? Une thèse ne peut pas se contenter de bricolage, aussi habilement ficelé soit-il. J’ai un financement de trois ans pour faire une partie de ma recherche avant de la poursuivre en travaillant dans l’enseignement secondaire. Je sais que je suis en train de perdre une partie de ce temps. Des mesures sont annoncées mais elles sont pour l’instant très floues. Quels critères ? Quels moyens ? Quelles adaptations pour les disponibilités ? Et au-delà de mon cas personnel : quelles aides pour les doctorant.e.s qui s’autofinancent ? Quelles exigences pour le rendu de thèse ? Quels postes pour les jeunes historien.ne.s ? Quelle place dans la société pour nos jeunes chercheur.se.s ? J’aime réfléchir, grâce aux archives, au monde d’hier. J’aime imaginer le monde de demain. Mais pour maintenant, on fait quoi ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.