Penser par les lieux avec Patrick Boucheron

Le 5 février, j’ai eu la chance d’entendre Patrick Boucheron à l’Université de Liège. Intervenant dans le cadre des journées doctorales de l’unité de recherche “Transitions”, il a proposé une réflexion autour d’un lieu particulier : la Porta romana de Milan. Construite en 1171, il n’en reste aujourd’hui que quelques vestiges sculptés conservés dans le Castello Sforzesco. Pourtant, la porte a été pendant plusieurs siècles un des seuils de la ville de Milan. Je reprends ici les principaux points de son intervention.

La Porta romana de Milan

En 1158, l’empereur Frédéric Barberousse se lance dans une expédition italienne avec la ferme intention de rappeler sa souveraineté sur la péninsule. Il rencontre une forte résistance à Milan. En 1162, il triomphe de la ville et impose la destruction des murailles et l’expulsion des habitant.e.s. Cet urbanicide a longtemps été minoré dans l’historiographie médiévale avant d’être réévalué par l’exhumation de traces de destructions et de départs massifs de la ville. Hors de Milan, les habitant.e.s s’organisent avec les villes voisines au sein de la Ligue lombarde et reprennent l’offensive. Ils.elles regagnent leur ville avant de mettre un coup d’arrêt à l’initiative impériale à Legnano en 1176. Une de leur première action consiste en la reconstruction de murailles et de portes, pour retrouver une sécurité perdue. C’est ainsi que la Porta romana est érigée en 1171 au sud de la muraille milanaise, comme un acte symbolique et pratique de reconquête de la ville.

Disparue la Porta romana ? Pas tout à fait. Patrick Boucheron en a présenté plusieurs traces parvenues jusqu’à nous. D’abord une gravure datant du XVIIIe siècle qui donne à voir ce que pouvait être cette entrée de la ville. Mais surtout les restes conservés au Castello Sforzesco dont plusieurs bas-reliefs représentant un homme en dominant un autre, une femme découvrant son pubis ainsi que trois processions en frise. Pour les deux premiers bas-reliefs, Patrick Boucheron a proposé plusieurs hypothèses. L’homme pourrait représenter les Milanais reprenant le pouvoir sur leur ville. La femme serait soit l’impératrice Constance tentant de retenir le bras de son mari soit une guerrière lançant à son adversaire un geste de défi. Dans les deux cas, leur position sur le devant de la porte affirme à celles et ceux qui la franchissent une souveraineté retrouvée.

Les trois bas reliefs représentant des processions étaient situés quant à eux à l’intérieur de la porte et accompagnaient le trajet de celles et ceux qui passaient la Porta romana. Deux de ces processions se dirigeaient vers l’intérieur de la ville. Ce sont les Milanais.e.s, représenté.e.s sous deux essences : le peuple militaire qui revient victorieux dans sa ville et le peuple civique qui reprend ses droits dans sa cité. Alors que la victoire n’est pas encore définitive, les Milanais.e.s affirment ainsi leur retour, comme pour conjurer un passé récent douloureux. Mais cette réappropriation s’accompagne d’une exclusion représentée sur la troisième frise : des personnages avec paquetages et animaux se dirigent vers l’extérieur de la ville. Ils portent une jupe rayée symbolisant le rejet qu’ils suscitent. Ils sont qualifiés au-dessus de la frise d’ariens — une hérésie de la fin de l’Antiquité — et de juifs. Une des inscriptions désigne également l’homme qui les chasse à l’aide d’un fouet. Il s’agit d’Ambroise de Milan, évêque de la ville au Ve siècle dont la mémoire a fait l’objet du dernier livre de Patrick Boucheron, La Trace et l’Aura. Sa brutalité, que l’on retrouve dans beaucoup de textes de fondation de cités italiennes, renvoie pour l’historien à l’importance au Moyen Âge d’une “idéologie de la séparation”. Les seuils, comme la Porta romana, jouent un rôle central dans le cadre de l’Italie communale : ils permettent de définir ce qui fait partie de la communauté et ce qui n’en fait pas partie. Mais cette “idéologie de la séparation” ne disparait pas avec la modernité. En faisant le lien avec les travaux de la philosophe américaine Wendy Brown (Walled States, Waning Sovereignty, 2010), Patrick Boucheron a conclu en rappelant que ce désir de séparation est encore présent dans notre propre contemporanéité, prompte à ériger protections et séparations. Et même des murs…

Résonances

Cela fait très longtemps que je souhaitais entendre Patrick Boucheron. La lecture de sa leçon inaugurale au Collège de France en décembre 2015 m’a beaucoup aidé à donner du sens à ma pratique de jeune historien. J’ai ensuite suivi quelques-unes de ces publications et la Trace et l’Aura est sur ma pile de livres à demi commencés et pas encore terminés… Avec cette conférence, j’ai eu plaisir à entendre cet historien parler du sujet qu’il travaille (et qui le travaille) depuis des années. Ce qui m’a particulièrement inspiré, c’est l’équilibre entre une trace de l’histoire et des concepts/notions mobilisées efficacement. En analysant les bas-reliefs de la Porta romana, il définit la manière dont une communauté peut se constituer au Moyen Âge. Au cœur de ce geste, la séparation se matérialise par des seuils inscrits spatialement.

Plus encore, ce qui ressort de cette conférence, c’est l’extraordinaire pérennité de certaines figures, qu’elles servent à rassembler comme Ambroise de Milan ou à exclure comme les ariens ou les juifs. Cette constante réactualisation du passé dans la constitution d’une identité est l’une des thématiques sur lesquelles je travaille. Dans le duché de Savoie occupé du XVIe siècle, la tribu antique des Allobroges repointe le bout de son glaive, notamment dans les discours de ceux qui veulent justifier l’union du Dauphiné et d’une partie de la Savoie. Tout comme Ambroise semble avoir laissé un pied dans la porte de l’histoire des Milanais.e.s, les Allobroges ne sont jamais loin, encore aujourd’hui, des marqueurs identitaires savoyards (à commencer par les “Allobroges vaillants” de l’hymne du même nom).

Enfin, l’un des rappels très utile pour moi est que l’histoire ne se fait pas seulement par la lecture des archives et que les traces du passé ne sont pas seulement écrites. Elle sont aussi dessinées, sculptées, bâties. Cela me pousse à m’interroger sur les traces matérielles que les occupations française, bernoise et valaisanne ont pu laisser ou qui ont été édifiées au retour du duc Emmanuel-Philibert. Je me questionne sur l’existence de lieux semblables dans le duché de Savoie de la première moitié du XVIe siècle qui viendraient éclairer de manière différente mon travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.