“Mais au fait sur quoi tu travailles exactement ?”

Cette question revient régulièrement dans les conversations avec des proches, des ami.e.s ou des nouvelles rencontres. Souvent, je bafouille puis on me demande de donner l’intitulé de mon sujet. “L’éclipse d’un État. Territorialités effacées, recomposées et concurrentes dans la Savoie occupée (vers 1536- vers 1559)”. Ah. À partir de là, je reprends mes esprits et rassemble mes pensées. Voici en résumé ce que je leur dis. L’occasion, aussi, de faire plus ample connaissance ici…

L’objet de ma recherche : une histoire territoriale des Alpes

Mes deux années de master ont été consacrées à un manuscrit du XVIe siècle intitulé Recueil et abbregé de certaines choses concernans le gouvernement des pays de Daulphiné et de Savoie et dont je vous reparlerai prochainement. Dans ce texte, un auteur anonyme propose au nouveau gouverneur du Dauphiné et de la Savoie, le duc de Guise François d’Aumale (1519-1563), un ensemble de connaissances qu’il juge nécessaires pour gouverner de manière éclairée la province. Après avoir transcrit le manuscrit, je l’ai contextualisé puis j’ai analysé la manière dont il construisait un territoire original unifiant le Dauphiné et la Savoie. À l’issue de ce travail, plusieurs questionnements restaient inaboutis ou en suspens. Comment se construit un territoire ? Pourquoi et comment des pouvoirs extérieurs aux Alpes s’approprient cet espace ? Quels sont les outils permettant cette appropriation ? Comment réagissent les Alpins ? Une étude fondée sur un seul manuscrit ne pouvait pas, de toute évidence, apporter plus que des hypothèses.

Après deux ans de préparation des concours, j’ai pu enfin me replonger dans cette recherche pendant les moments libres de mon année de stage. Avec l’aide de Stéphane Gal, mon directeur de mémoire, j’ai préparé un projet de thèse pour demander des financements. Il s’agissait avant tout de mettre en forme les questionnements issus de mon travail de master en leur donnant une plus grande profondeur. Le point de départ a été le processus de territorialisation du pouvoir, le passage d’une autorité essentiellement interpersonnelle à une autorité qui se déploie sur un espace, en Europe entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne. Déjà étudié pour de nombreux espaces comme le royaume de France ou le Saint-Empire, il est relativement peu travaillé pour les Alpes même si des travaux commencent à émerger depuis une dizaine d’année. Cette territorialisation laisse des traces : outils concrets d’affirmation d’une autorité, mobilités, représentations de l’espace… Tous ces éléments de territorialité sont au cœur de mon approche, avec pour but de saisir ce processus en train de se faire dans une période intermédiaire : la première moitié du XVIe siècle.

Le choix de la Savoie de 1536 à 1559

Mener une telle approche sur l’ensemble des Alpes est impossible de par la grandeur de l’espace et de la multitude de langues qui s’y trouvent. C’est ce qui explique un centrage autour du cas particulier du duché de Savoie entre 1536 et 1559. Au début du XVIe siècle, la Savoie est un duché qui s’étend de la Bresse à Nice et de Chambéry au Piémont. À sa tête, Charles III (1504-1553) mène une politique d’équilibre dans la période troublée que sont les guerres d’Italie (1494-1559), ensemble de conflits qui mettent aux prises les grandes principautés européennes avec pour théâtre principal la péninsule italienne. À partir des années 1530, Charles III se rapproche de plus en plus de l’empereur Charles Quint et tente régulièrement de s’emparer de la ville voisine : Genève. Cette politique mécontente à la fois le roi de France François Ier et certaines villes suisses alliées avec Genève. Au début de l’année 1536, les armées bernoises et françaises se lancent à l’assaut de la principauté savoyarde. Le duché est démantelé et les deux vainqueurs se partagent le territoire : le Chablais pour les Bernois et le reste pour le roi de France. Une petite partie du Chablais oriental est aussi récupéré à cette occasion par les Valaisans. Le duc de Savoie se réfugie à Verceil, un des rares territoires qui reste sous son autorité.

Cette période est assez méconnue dans l’historiographie savoyarde mais est très cohérente avec les questionnements que je souhaitais investiguer. Pendant les vingt-trois ans que durent ce démantèlement, l’organisation politique et territoriale de l’espace alpin est transformée. Des représentations et des pratiques politiques s’effacent alors que d’autres se développent. Le duché de Savoie pendant cette période est un point de vue très intéressant pour étudier le processus de territorialisation dans les Alpes.

Concrètement, en quoi cela consiste ?

Pour retrouver des indices de ces territorialités, les traces du passé sont essentiellement écrites et très diverses. Je mobilise notamment les archives des relations entre les pouvoirs centraux et les relais locaux, certains écrits des lettrés européens ainsi que des sources judiciaires pouvant me renseigner sur la réception par la population de ces occupations. Loin de se cantonner à la Savoie actuelle, la répartition de ces sources se fait à l’échelle européenne avec plusieurs lieux : Paris, Grenoble, Chambéry, Annecy mais aussi Turin, Berne, Sion ou encore La Haye aux Pays-Bas où le successeur de Charles III, Emmanuel-Philibert, a occupé une fonction de gouverneur. L’aide de Claudio Rosso, mon codirecteur italien, est très importante pour appréhender les sources italiennes.

Ces traces collectées devraient me permettre de préciser la manière dont les acteur.rice.s fabriquent des territoires, imaginaires ou plus concrets, dans les Alpes au début de l’époque moderne. Plus encore, j’aimerais montrer que ces territoires se construisent en interaction avec d’autres projets, complémentaires ou concurrents. De manière plus générale, l’idée de mon travail est de rompre avec l’image traditionnelle d’une montagne figée et fermée en mettant en lumière les dynamiques et les interactions dans l’espace alpin.


4 réponses sur ““Mais au fait sur quoi tu travailles exactement ?””

  1. Bravo Nicolas, c’est déjà passionnant. Il faut tenir le cap.
    Au delà des cimes et des mers, on est derrière toi.

  2. Enfin, les deux pieds dedans !
    Et avec un outil utile, et à tellement de points de vue… Bravo d’avoir lancé ce jouet pour le cerveau, permettant et la publicité des réflexions, et la confrontation. Dans une autre époque, nous aurions dû oser ! (oui, je parle pour moi). Et d’un autre côté, cela entre dans ce milliard de textes à lire, suivre, retourner voir… Avec plaisir !
    Vai, ragazzo mio !

  3. Courage courage cher ami, on sent poindre là une touche de dynamisme, d’abnégation et de volonté !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.