En armure dans les Alpes…

Les 6 et 7 juillet, une curieuse troupe composée de quatre chevaliers et d’une vingtaine de personnes en costume d’époque s’est lancée dans une marche sur les pentes des Alpes de Haute-Provence. Derrière cette aventure anachronique se cachait en réalité un projet d’archéologie expérimentale mené par Stéphane Gal, mon directeur de recherche. Il s’agissait de revivre, pour mieux la comprendre, une traversée des Alpes en armure à la manière du XVIe siècle. Retour sur cette expérience unique à laquelle j’ai eu la chance de participer.

L'équipe de l'UGA aux côtés de Stéphane Gal pour une marche d'entrainement.
La marche d’échauffement
(Photo : Megapix’Ailes)

1515-2019 : le projet MarchAlp

Ce projet a été lancé il y a près de deux ans par Stéphane Gal. L’objectif était d’expérimenter la traversée des Alpes telle qu’ont pu la vivre François Ier et son armée en route vers la bataille de Marignan à la fin de l’été 1515. Cette date est l’une des plus connues de l’histoire de France et de nombreux travaux ont été consacrés à la bataille en elle-même. Et pourtant, on sait moins que les 13 et 14 septembre 1515 ont été précédés par un périple au cœur des Alpes.

Durant les guerres d’Italie, les cols alpins jouent un rôle primordial car ils permettent l’accès au principal théâtre des opérations : la péninsule italienne. Dès son avènement, François Ier souhaite s’inscrire dans les pas de ses prédécesseurs et se se lance tout naturellement dans une expédition transalpine. En 1515, ce sont les Suisses qui sont fortement implantés dans le nord de l’Italie : ils possèdent plusieurs territoires et sont alliés avec le duché de Milan. Ils ont en outre une solide réputation de guerriers montagnards. François Ier cherche donc à les éviter. Pour ce faire, il choisit de “passer les monts” par un chemin plus au sud, l’actuel col de Larche, et de faire la marche en armure.

L’historien a rapidement été rejoint par le champion paralympique de cyclisme Patrick Céria et l’entrepreneur Cameron O’Reilly, tous deux passionnés par la figure du chevalier Bayard qui a lui-même participé à la traversée de 1515. Les trois aventuriers ont mobilisé pour cela plusieurs artisans travaillant à la manière du XVIe siècle parmi lesquels un batteur d’armure et un cordonnier. Ils ont ainsi reconstitué des panoplies complètes de chevaliers du début de l’époque moderne, cavaliers pour Patrick et Cameron, homme à pied pour Stéphane. Le chemin du col de Larche ayant été depuis bétonné, ils ont sélectionné un passage semblable : le col de Mary. L’expérimentation a eu lieu les 6 et 7 juillet 2019 et s’est conclu par une réussite : le franchissement du col !

Ma participation au projet

Stéphane Gal m’a proposé de rejoindre le projet à la fin de l’année 2018. Alors que nous étions en discussion pour mettre en place mon projet de thèse, il m’a embarqué dans cette aventure aux côtés de trois autres jeunes chercheuses : Perrine Camus, Marine Haurillon et Emma-Sophie Mouret. Il s’agissait pour nous d’être des personnes ressources fournissant une aide logistique en même temps que cela nous permettait d’expérimenter parallèlement et sous des formes plus légères la traversée d’un col à la manière du XVIe siècle. Pour ma part, j’ai choisi un costume de lansquenet, c’est-à-dire de mercenaire. Cette tenue principalement composée d’une chemise ample et épaisse et d’un pantalon large est beaucoup moins contraignante qu’une armure. J’ai également hérité du drapeau officiel de l’expédition, au cours de l’Université Grenoble Alpes.

Au départ à 8h, l’excitation rencontre la fraicheur du matin. Les derniers préparatifs viennent d’être terminés. En plus de ma tenue, je porte une épée assez lourde ainsi que la besace contenant vivres et boissons pour deux jours soit une miche de pain, un morceau de pancetta, du fromage, deux pommes et une gourde contenant deux litres d’eau. Bien moins lourd que les armures, mon équipement n’est cependant pas aussi optimisé que les sacs à dos de randonnée actuels. Je ressens assez tôt des tiraillements aux épaules, d’autant que je ne me suis pas vraiment entrainé avant la marche. Au sein de la troupe, les premières difficultés se font très vite sentir : les participants et notamment les chevaliers se fatiguent, le paquetage porté par les ânes tombe à plusieurs reprises et les chevaux, peu habitués à la montagne, ont beaucoup de mal à traverser les torrents. Cette dernière difficulté, que l’on retrouve également dans les récits du XVIe siècle, est probablement la plus aigüe : elle provoque des chutes et fait grandir la tension au sein de la troupe. Le poids des armures, de 15 à 40 kg, ne facilite pas le déplacement. Arrivé.e.s au col, le soulagement se fait sentir, nous avons “passé les monts” ! Nous y prenons un casse-croute bien mérité et nous nous détendons un peu. Après une pause, nous entamons la redescente. La déclivité et la fatigue rendent la progression périlleuse. Lorsque une des bergeries de Chiappera apparaissent au loin, ma joie grandit avant d’éclater totalement au moment où nous posons notre équipement au point d’arrivée. Cette joie est cependant un peu entamée par la pluie qui s’abat sur notre campement, nous obligeant à nous réfugier dans une bergerie où nous passons une nuit humide et peu réparatrice. Au réveil, l’accalmie est suivie par un orage menaçant. Après le début de la marche, les éclairs se multiplient et la pluie s’intensifie. Un débat émerge sur la possibilité d’effectuer le retour par la montagne et décision est finalement prise de ne pas rentrer à pied et d’éviter tous les risques pour les humains et comme pour les animaux.

Ce qu’il reste de MarchAlp

La réussite de la traversée n’a pas été pas une fin en soi. La journée d’études du 22 novembre 2019 a été l’occasion d’évoquer ses différentes extensions. La première est la réalisation d’un documentaire sur ce projet par la société Megapix’ailes dont vous pouvez retrouver quelques images ici. Une version de 30 min a déjà été présentée à plusieurs reprises et permet de comprendre l’intérêt historique et scientifique de la traversée en même temps qu’elle lui rend sa dimension humaine. Une autre continuation réside dans la poursuite d’expérimentations physiologiques et biomécaniques sur ce que fait le port d’armure au corps humain. Enfin, MarchAlp a été l’occasion de mettre en lumière le dynamisme de l’histoire des Alpes à l’époque moderne.

Pour ma part, cette traversée a représenté un moment très fort humainement comme scientifiquement. Par un hasard du calendrier, elle a marqué mon entrée en thèse aux côtés d’un de mes directeurs. Mais plus encore, elle a été un moment de décentrement. Depuis que j’ai commencé à travailler sur l’histoire du XVIe siècle, une des difficultés que je rencontre le plus souvent est d’arriver à me détacher de mes réflexes, de mon imaginaire et de mes représentations contemporaines. MarchAlp m’a donné l’opportunité de vivre de l’intérieur une traversée des Alpes à la manière du XVIe siècle et a été un dépaysement à plusieurs titres. Je me suis par exemple rendu compte de l’importance que pouvaient avoir les animaux dans les sociétés du début de l’époque moderne : auxiliaires nécessaires, ils représentent un souci de tous les instants en montagne où le milieu les met à rude épreuve. Pouvoir approcher, sans que cela soit exactement la même chose, le vécu et les sensations des hommes et des femmes du début de l’époque moderne a été une expérience très forte pour moi. Reste maintenant à savoir que faire de cet impératif de décentrement dans mon travail de thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.